Tanukidani-san Fudō-in, le temple aux tanukis


Histoire

Le moine Tomoatsu Fusamasa (1687 – 1763) était célèbre pour ses travaux de construction dans le dangereux passage de Hinooka le long de la route du Tōkaidō, et pour son régime strict basé sur les fruits et les noix, qui lui valut le surnom de Mokujiki (littéralement, mangeur de bois) Shōzen Tomoatsu. Il étudia les enseignements bouddhistes du zen, du zen Ritsu, du Shingon et du Tendai pendant sa jeunesse et gravit le mont sacré Kōya pour se perfectionner et améliorer ses croyances. Lorsqu’il chercha un lieu de retraite pour la prière, il a commencé à chercher un sommet encore plus élevé.

En 1715, l’information d’une grotte dans les montagnes du village d’Ichijō-ji, au nord de la capitale (Kyoto était la capitale du pays à cette époque), parvint jusqu’à lui. Dans celle-ci figurait une statue qui brillait malgré de nombreuses années de vieillissement par le vent et la neige. Cette statue représentait le roi bouddhiste de la sagesse Fudō Myō’ō, autrefois posé par l’empereur Kanmu à la « porte des démons » dans le nord-est de Kyoto, afin de se protéger des influences néfastes. Elle fut déplacée dans la grotte en 1249 pour y être vénéré par les habitants de la région. La région était également connue comme le lieu où le célèbre épéiste Miyamoto Musashi était venu en 1604 pour perfectionner ses compétences et suivre un entraînement ascétique en frappant une cascade. Décidant que cet endroit était parfait pour s’isoler et étudier les Écritures bouddhistes, Mokujiki Shōzen Tomoatsu se rendis sur le mont Tanukidani en 1718, alors qu’il avait 31 ans.

Bien que basé sur le mont Tanukidani, continuer sa philosophie du Mokujiki, (ne manger que les produits naturels des arbres et de la terre sans transformation) était une tâche ardue pour Mokujiki Shōzen Tomoatsu. Il entreprit un pèlerinage à Kumano, à la fin duquel les trois dieux des sanctuaires de Kumano apparurent devant lui sous le nom d’ascètes de la montagne Yamabushi et lui donnèrent une cloche sacrée, un marteau et une canne. Ceci est considéré comme la naissance des traditions Shugendō sur le mont Tanukidani. Pratique combinant diverses croyances bouddhistes, shintoïstes et taoïstes, le shugendō peut être traduit par « la voie du pouvoir spirituel par la discipline ».

À son retour, Mokujiki Shōzen Tomoatsu a lui-même sculpté une statue en pierre de Fudō Myō’ō, haute de 1,5 m, inspirée de l’apparence de la statue originale de Tanuki Fudō Myō’ō, posée par l’empereur Kanmu. Bien que le nom de la vallée locale soit basé sur les tanukis (Chien viverrin en français), des filous animaux mythiques dans la tradition japonaise, dans le cas de cette statue, tanuki est orthographié avec des kanjis différents de ceux utilisé pour définir l’animal : « gronder » (咤, ta) « en colère ». (怒, nu) “démon” (鬼, ki). La construction de cette nouvelle statue a été considéré comme une renaissance et la foi de la population locale a été restauré. Des personnes de tout le pays cherchant à participer aux pratiques ascétiques du Shugendō sont venues au Mont Tanukidani.

La grotte et son enclave autrefois florissante ont été négligés au début de l’ère Meiji en raison de plusieurs facteurs, dont le mouvement anti-bouddhiste de l’époque. Cependant, à la fin de la période Meiji, les habitants souhaitant faire revivre le culte Tanuki Fudō Myō’ō se sont rassemblés et ont fait des efforts pour rendre la montagne accessible à tous en construisant des escaliers et en défrichant la forêt. Le grand prêtre Ryōei, qui avait suivi une formation à Hokkaidō, fut invité à en être le fondateur et le temple Shugendō Daihonzan Ichijō-ji Tanukidani-san Fudō-in fut officiellement rétabli en 1944.

Visite du temple

Le temple principal actuel fut bâti en 1986, dans le style kengai-zukuri (en surplombant la falaise). C’est le même style qui est utilisé pour le très célèbre temple Kiyomizu-dera, lui aussi à Kyoto. Le temple Tanukidani est niché dans une montagne au nord-est de Kyoto et entoure la grotte qui contient la statue sacrée de Fudō Myō’ō. Il est d’ailleurs possible de visiter la grotte, situé derrière l’autel du temple, et d’observer la statue. Celle-ci est entourée d’une aura mystérieuse. La possibilité de visiter cette partie d’un temple est très rare, et c’est une occasion à ne pas rater.

Mais avant d’envisager de visiter le temple principal, il faut tout d’abord s’y rendre. Tanukidani n’est pas le temple le plus accessible du Japon. En effet, comme celui-ci est situé sur une montagne, il va falloir grimper, tout d’abord une route au dénivelé impressionnant, puis le long escalier qui mène au temple principal. Au pied de l’escalier, vous serez accueilli par de nombreux tanuki (des statues, pas des vrai tanukis). Celle-ci vous accompagnerons pendant toute l’ascension vers le temple, se cachant dans les bois aux alentours, sous des hautes herbes, sous les feuilles ou dans un des nombreux temples placés tout au long de l’ascension. Les tanukis sont souvent représenté dans des positions humoristiques, avec des scrotums surdimensionnés. Vous pourrez retrouver un mari et sa femme tanuki, un moine tanuki, un tanuki guerrier avec un bouclier, etc… Profitez bien de l’ascension pour rechercher les tanukis dans ces positions amusantes.

L’ascension est dure, mais vaut vraiment la peine. Le temple est magnifique, et ressemble vraiment au Kiyomizu-dera, sans les milliers de touristes. L’accès en transport pas forcément évident, et l’ascension difficile limite grandement le nombre de visiteur. L’enceinte est donc particulièrement calme et permet de vraiment apprécier le lieu a sa juste valeur. Lors de ma visite du temple principal, j’ai pu assister à une cérémonie religieuse. Il semblerait que de nombreuses cérémonies soient réalisés tous les jours. Durant la cérémonie, il est évidemment impossible de trop visiter le temple. Mais dès la fin de celle-ci, il a été possible de visiter l’intérieur du temple et la célèbre grotte abritant la statue sacrée de Fudō Myō’ō. Comme je le disais précédemment, c’est une occasion rare que de pouvoir accéder à cette partie du temple.

Vous pourrez également apercevoir la cascade de Musashi, le célèbre épéiste qui était venu s’entrainer à cet endroit avant un duel. Aujourd’hui, vous ne pourrez plus vous entrainer sous la cascade, mais elle reste un lieu propice à la relaxation et a l’effacement des désirs matériel, selon la doctrine du Shugendō.

La cascade de Musashi

Pas très connu, le temple Tanukidani-san Fudō-in est donc une très belle visite à faire lors d’un passage à Kyoto, loin de la foule de touristes qui peut se regrouper dans les temples les plus connu. Je vous recommande de coupler cette visite avec le magnifique jardin Shisen-dō, qui se trouve au pied de la montagne, sur la route du Tanukidani-san Fudō-in.

Informations pratiques

Tanukidani-san Fudō-in
Adresse : 6 Ichijōji Matsubarachō, Sakyō-ku, Kyoto, 606-8156, Japon
Tel : +81 75-722-0025
Horaires : Ouvert tous les jours, de 9h à 16h
Tarifs : Gratuit dans l’enceinte du temple. 500 yens pour accéder à l’intérieur du bâtiment principal et à la grotte (la grotte n’est pas accessible lors des cérémonies religieuses).
Accès : Sur la ligne de train Eizan, sortir à la station Ichijō-ji, puis 20-25 minutes de marche.
Attention : Vous devez être dans une conditions physique vous permettant de gravir plusieurs centaines de marches pour accéder au temple. Il n’y a pas d’accès, à ma connaissance, pour les personnes à mobilité réduite.
Site internet : http://www.tanukidani.com/en/



Poster un Commentaire

avatar
  Subscribe  
Me notifier des