En route vers l’île d’Ikuchi 


Bonjour à vous, lecteurs aventuriers des mers.

Aujourd’hui,  continuons nos randonnées dans la mer intérieure du Japon par la visite de l’île d’Ikuchi. En réalité, on va plutôt parler du trajet. Parce que l’important ce n’est pas la destination, mais le voyage en lui même.

Qui dit île, dit bateau. Mais avant de prendre le bateau,  il faut en trouver un. On commence donc notre périple dans le port d’Onomichi. Au départ,  je cherchais un bateau pour faire une petite croisière dans les alentours d’Onomichi. Je me retrouve donc dans le bureau d’information du port. Une gentille petite dame tente de me renseigner. Avec mon faible niveau de japonais et son faible niveau d’anglais, on communique tant bien que mal. Malgré tout, j’arrive à comprendre qu’il n’y a pas de croisière aujourd’hui…  Dommage, c’est mon dernier jour à Onomichi. Je lui demande à tout hasard si il y a d’autres bateaux qui vont quelque part d’intéressant. Elle me recommande d’aller sur l’île d’Ikuchi, dans le port de Setoda. Elle envoie un vieux monsieur chercher les horaires des bateaux, qui part en courant et reviens quelques minutes plus tard avec les horaires aller retour. Première impression,  il n’y a pas beaucoup de bateaux dans la journée,  mais cela devrait faire l’affaire.

Allez hop, direction les quais !

Un petit bateau arrive finalement, je monte à bord et prend place à côté d’un fenêtre. Autant profiter du voyage. Il n’y a pas foule à bord. Le personnel du navire se compose de 2 personnes,  le conducteur et un « contrôleur » qui fait tout le reste (aide aux passagers,  encaissement du prix du trajet, etc…). Et visiblement,  ils m’ont pas l’air de parler autre chose que japonais. Le « contrôleur » viens finalement me parler.  Il me demande si j’ai un vélo avec moi, d’où je viens et où je m’arrête. Cela reste du japonais basique,  j’arrive à comprendre. Je lui paye le tarif en conséquence et il continue son tour des autres passagers.

Voyage en mer

Dès qu’il à fini son travail,  je tente de lui demander, avec mon meilleur japonais, si je peux sortir sur le pont pour prendre des photos. Apparemment,  mon japonais n’est pas très bon car il pense que j’ai oublié de sortir du bateau au précédent arrêt. On arrive finalement à se comprendre et je peux sortir prendre mes photos. La communication, c’est magique. C’est fou ce qu’on arrive à faire avec quelques mots.

Le bateau navigue entre les dizaines d’îles composant la mer intérieure du Japon. L’air marin me rempli les narines. Quelques pêcheurs sur leurs îles me font des signes.  Je les salue en retour. C’est encore un de ces moments de bonheur qui méritent d’être vécu. Je profite pleinement de l’instant présent, et comme d’habitude, je photographie.

On arrive à Setoda

Finalement, ma traversé arrive à son terme au bout de 40 minutes qui paraissent trop courte. J’accoste dans le port de Setoda, sur l’île d’ikuchi. Maintenant,  il faut que je trouve quoi visiter sur l’île. La dame à Onomichi m’a parlé d’un très beau sanctuaire, le Kōsan-ji. Un petit coup de Google Maps, et c’est parti pour une belle promenade sur Ikuchi !

Mais tout ça,  nous le verrons ensemble la prochaine fois dans un article consacré à la découverte du sanctuaire Kōsan-ji.

A bientôt,  pour d’autres aventures maritimes.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *