Yoshida Sanso Ryokan : l’excellence Japonaise


Bonjour cher gourmet,

Aujourd’hui je vous emmène manger ce qui se fait de mieux dans la cuisine japonaise. Allons déguster un repas de type Kaiseki Ryori dans la magnifique auberge Yoshida Sanso, à Kyoto, au Japon.

Avant de manger, un peu d’histoire :

Dans la septième année de Showa (1932), la deuxième maison de Higashi-Fushimi no Miya (le beau-frère de l’empereur Showa, alors inscrit à l’Université de Kyoto) a été érigée sur les contreforts du mont Yoshida. Après la Seconde Guerre mondiale, cette demeure impériale a été préservée et transformée en auberge traditionnelle japonaise appelée Yoshida-Sanso. Un paradis tranquille pour savourer une cuisine raffinée de Kyoto tout en profitant de la véritable hospitalité de Kyoto. Cette auberge familiale est non seulement l’endroit idéal pour profiter de l’heure du thé après une promenade, mais aussi un lieu unique pour les musiciens et les artistes.

Construit à l’origine pour le prince Higashi-Fushimi par le maître charpentier Nishioka Tsunekazu, Yoshida-Sanso est un trésor architectural qui mélange habilement le meilleur de l’Est et de l’Ouest. Utilisé dans tout le bâtiment, le précieux hinoki (cyprès japonais) confère à la structure une apparence digne et distincte du Japon, encore renforcée par la crête impériale du chrysanthème, un motif récurrent visible sur les tuiles et les poignées de porte fusuma.

Un rendu abstrait des caractères syllabiques de « Fushimi » est caché dans les vitraux. Ces détails subtils au milieu de la pureté des intérieurs de style Shoin créent une merveilleuse fusion de l’architecture japonaise classique et du modernisme d’inspiration Art déco.

Au Japon, les auberges traditionnelles ryokan sont matriarcales, de mère en fille, et la gestion quotidienne et les soins à Yoshida-Sanso sont partagés par Kyoko Nakamura et sa fille Tomoko.

L’atmosphère détendue de Yoshida-Sanso et le sentiment chaleureux d’être accueilli par une famille est l’une des choses les plus appréciées par les invités. Cela se manifeste dans de nombreux petits détails, y compris les élégants poèmes de calligraphie manuscrits qui sont personnellement brossés par Kyoko pour accueillir individuellement les invités à chaque saison.

 

Nous nous retrouvons donc dans un lieu d’exception pour déguster un menu de type Kaiseki. Pour ceux qui ne sont pas familier, la cuisine Kaiseki (懐石) désigne dans la gastronomie japonaise une forme traditionnelle de repas, composé de plusieurs petits plats servis conjointement. Le terme peut aussi renvoyer à l’ensemble des compétences et techniques qui permettent de préparer un tel repas et qui sont comparables à la grande cuisine occidentale.

Les produits utilisés pour créer le menu du jour sont forcément des produits de saison, extrêmement frais, et préparé avec talent par les chefs. Les mets sont fins, travaillé et toujours superbement mis en forme. Chacun des nombreux plats composant le menu est une expérience culinaire formidable. Le repas que j’ai eu l’occasion de déguster était composé de 9 plats. Chaque portion est plus ou moins petite, mais mis bout à bout, cela fait vite beaucoup !

Qui dit plats et ingrédients d’exception, implique forcement des tarifs un peu élevée. Les premiers menu commencent à 6000 ¥ et peuvent monter jusqu’à 30 000 ¥. Néanmoins, il faut savoir que cela les vaux largement.

Pour la petite histoire, j’ai eu la chance de faire mon repas de mariage dans cette auberge. Le repas de saison préparé par le chef était excellent. Tous les convives, même certains peu habitué à la cuisine japonaise, ont vraiment apprécié les mets.

La propriétaire nous a chaleureusement accueilli en personne dans la plus pure tradition japonaise (Omotenashi : l’hospitalité à la japonaise). Elle a même fait l’effort de faire une présentation historique de l’auberge en Français pour les convives francophone. Tout est fait pour mettre les invités à l’aise et faire en sorte de se sentir détendu.

Le jardin de l’auberge, dans le plus pur style japonais est magnifique et embelli encore plus le sublime cadre de l’auberge.

Que ce soit pour un café, un repas ou une nuit, Yoshida Sanso est un lieu que je recommande fortement. C’est une expérience de l’Omotenashi (l’hospitalité à la japonaise) qu’il faut avoir vécu au moins une fois dans sa vie.

N’hésitez pas à aller faire un tour sur le site de Yoshida Sanso (en anglais et en japonais)

A très bientôt pour d’autre repas au Japon.

 

 


Poster un Commentaire

avatar
  Subscribe  
Me notifier des