The Tatami Galaxy


The Tatami Galaxy (四畳半神話大系, Yojōhan Shinwa Taikei) est une série d’animation japonaise, datant de 2010, et diffusé en France sur Netflix. Celle-ci est tiré à l’origine d’une nouvelle de Tomihiko Morimi, publié en 2004 qui fut un grand succès au Japon. La série animé est produite par le célèbre studio Madhouse (généralement gage de qualité), et compte 11 épisodes.

The Tatami Galaxy suit un étudiant anonyme en troisième année à l’université de Kyoto, qui revit ses années d’études à chaque épisode, en explorant des clubs du campus diffèrent à chaque fois. Les épisodes se déroulent tous de la même manière, l’étudiant rejoins un nouveau club, est déçu par les activités et se rend compte que cela ne correspond à pas à la vision idéalisée qu’il s’en été fait. A la fin de l’épisode, il se demande ce qu’aurait été sa vie s’il avait fait des choix diffèrent, le temps se rembobine et l’épisode suivant recommence dans une autre version de sa première année à l’université.

Les épisodes suivent quand même un fil rouge et se référencent grandement entre eux, créant ainsi de drôle de moment. Autant les premiers épisodes peuvent être intéressant et sympathique à suivre, autant le rythme se ralentit et les histoires deviennent de plus en plus abscons au fur et à mesure. Mon intérêt pour l’animé a lui aussi grandement diminué à mesure que je m’approchais de la fin. En particulier les 3 derniers épisodes qui sont particulièrement ennuyeux.

Le style de l’animation est quant à lui particulièrement intéressant, un peu abstrait par moment, avec un design simple et efficace, parfois entrecoupé de vidéos filmés et stylisés pour s’incruster dans l’animé. Pour le coté purement esthétique, ce n’est pas forcement désagréable à regarder. L’autre point qui m’a marqué, mais cette fois à titre plus personnel, est que l’action de la série se déroule à Kyoto, dans un quartier que je connais bien, à côté du sanctuaire Shimogamo et de la gare Demachiyanagi. C’est toujours sympa de retrouver des lieux qu’on connait dans des animés. La promenade que j’avais faite entre le Kamigamo et le Shimogamo passe d’ailleurs par de nombreux lieux de la série.

Tout cela aurait pu faire une série intéressante, mais l’histoire cryptique et un peu inintéressante ne font pas de cet animé un indispensable, loin de là. Si vous êtes tenté, vous pouvez toujours vous faire votre opinion en regardant le premier épisode sur Netflix.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *