Sensō-ji, le plus ancien temple de Tokyo


L’histoire millénaire du Sensō-ji

Le temple bouddhiste Sensō-ji est le plus ancien de Tokyo. Il fut fondé en 628, sous le règne de l’impératrice Suiko (593-628). Selon la légende, deux frères, Hamanari et Takenari Hinokuma était en train de pêcher sur la rivière Sumida lors qu’ils remontèrent dans leur filet une statue de la déesse Kannon. Le chef du village, Haji no Nakamoto, reconnu le caractère sacré de la statue. Il transforma sa propre maison en un petit temple pour y héberger la statue, et permettre aux villageois de venir vénérer la déesse Kannon.

Le premier vrai temple fut construit en 645 par un prêtre bouddhiste qui arriva dans la région. Il construisit le Sensō-ji et décida de cacher la statue dans le temple. Encore aujourd’hui, la statue y est toujours cachée.

Le temple Sensō-ji fut visité par Ennin (794-864), le prêtre en chef du temple Enryaku-ji (le temple principal de l’école du bouddhisme Tendai, situé à Kyoto) au milieu du IXe siècle. Lors de sa visite, il créa une réplique de la statue de Kannon pour qu’elle puisse être montré au public lors des grands évènements. Le Sensō-ji fut également associé au mouvement Tendai jusqu’à la seconde guerre mondiale, à partir de laquelle il devint indépendant.

Le temple prospéra en même temps que le quartier d’Asakusa dans lequel il est établi. Pendant la période Kamakura (1185-1333), les Shoguns ont fait preuve d’une grande dévotion envers Sensō-ji. Peu à peu, d’autres personnalités de l’époque, des chefs militaires et des lettrés, ont suivi leur exemple et ont contribué à la renommée du temple.

Au début du règne du shogunat Tokugawa, en 1590, Tokugawa Ieyasu (1543-1616) désigna le Sensō-ji en tant que temple protecteur du clan Tokugawa. En 1649, un sanctuaire shinto fut érigé sur ordre du Shogun Tokugawa Iemitsu, dans l’enceinte du temple bouddhiste afin de rendre hommage aux trois hommes qui ont trouvé la statue de Kannon et fondé le sanctuaire. Ils ont été élevés au rang de divinité par ce sanctuaire, le sanctuaire Asakusa, aussi nommé Sanja-sama (三社様, sanctuaire des Trois Divinités).

Durant la seconde guerre mondiale, le temple fut bombardé par un raid américain le 10 mars 1945 et fut presque complètement détruit. Il fut reconstruit à la fin de la guerre et est devenu un symbole de renaissance et de paix pour les japonais. Dans la cours du temple, il existe un arbre qui fut touché par une bombe durant les raids aériens. Il est devenu un symbole pour le temple lorsqu’il a commencé à repousser depuis l’intérieur de l’ancien tronc brulé. Cet arbre est toujours visible dans l’enceinte du sanctuaire.

Visite

Aujourd’hui, le temple Sensō-ji est certainement le plus populaire de Tokyo. L’impressionnante porte Kaminarimon (雷門, littéralement « porte du tonnerre ») est la voie d’accès principale au temple. Celle-ci vous accueille avec sa lanterne géante pesant près de 700 kg. Une fois passé, vous arrivez sur une allée commerçante de 250 mètres. Avec près de 90 boutiques, Nakamise-dōri (仲見世通り) propose des produits de l’artisanat japonais, des souvenirs, des mets traditionnels pour tous les visiteurs.

Bien que vous trouverez bon nombre de crackers de riz traditionnel, spécialité du quartier d’Asakusa, et des friandises au thé vert, Nakamise-dōri a perdu de son charme ces dernières années à mesure que les boutiques à touristes se sont installées. Asakusa et le Sensō-ji étant un des lieux les plus populaire de Tokyo, il attire bon nombres de touristes venu du monde entier.

Au bout de la rue commerçante, vous trouverez une autre grande porte, la Hōzōmon (宝蔵門, littéralement « Porte de la salle aux trésors »). Celle-ci est particulièrement impressionnante de par ses dimensions et son architecture. Si vous observez bien, vous pourrez y voir des sandales géantes en pailles qui sont offerte en offrande au bouddha. Le bâtiment principal (本堂, hondō) se trouve juste en face du Hōzōmon. L’allée qui mène au hondō propose bon nombre de Omikuji, charmes et amulettes à vendre pour les pèlerins. Un immense bruleur d’encens au centre de l’allée permet aux visiteurs de purifier leur corps et leurs esprits avec la fumée d’encens. Il parait que cela soigne les maux et prodigue la bonne santé.

A gauche de la porte Hōzōmon et du bâtiment principal se trouve aussi une magnifique pagode à 5 étages. Les couleurs vermillons éclatantes des bâtiments sont magnifiques et font de ces lieux l’un des plus beaux temples de Tokyo.

De nombreux évènements et festivités sont organisés tout au long de l’année dans le Sensō-ji. Il n’est pas rare durant l’été de tomber sur un festival dans l’enceinte du temple et d’y trouver les stands de nourritures typiques de ces saisons. On y retrouve par exemple le marché des lanternes chinoises hozuki en juillet ou le marché des raquettes décoratives hagoita en décembre.

L’enceinte du temple regorge de détails à voir pour les plus curieux. Entre la rue commerçante Nakamise-dōri, le temple, le sanctuaire et le quartier traditionnel d’Asakusa, il est facile de passer une petite journée dans les environs. On comprend vite pourquoi le quartier est un des lieux préférés des touristes à Tokyo.

Si vous souhaitez éviter la foule et profiter du temple dans le calme, vous pouvez également vous y rendre en soirée. Les boutiques seront fermées et il ne sera plus possible de voir l’intérieur du temple, mais vous pourrez toujours arpenter l’enceinte du sanctuaire tranquillement.

Lors de votre séjour à Tokyo, la visite du Sensō-ji est donc un indispensable à ne pas manquer.

Photos


Informations pratiques

Sensō-ji
Adresse : 2 Chome-3-1 Asakusa, Taito City, Tokyo 111-0032, Japon
Tel : +81338420181
Horaires : ouvert 24h/24, tous les jours
Site internet : https://www.senso-ji.jp/english/



En savoir plus sur les temples bouddhistes


Vous aimez le japon ?Découvrez le meilleur du Japon avec TekuTeku Japan

Rejoignez moi et soyez averti lorsqu'un nouvel article est publié. C'est gratuit pour vous et cela m'aide à rester motivé pour vous proposer toujours plus de contenu !