De Takao à Hozukyo, une promenade dans les montagnes de Kyoto


Bonjour à tous les promeneurs,

Aujourd’hui, partons de bon matin pour une randonnée dans les montagnes au nord-ouest de Kyoto. Mais l’aventure commence bien avant le début du sentier, elle commence à la gare de Kyoto, ou il va falloir prendre un bus pour se rendre dans le village de Takao. En ce frais matin d’automne, il semblerait que je ne sois pas le seul à vouloir me rendre à Takao. La compagnie de bus a bien prévu le surplus de voyageur et propose une file d’attente spéciale et des bus supplémentaire (Si la promenade vous intéresse, prenez le bus pour Toganoo (栂の尾) ou Shuzan (周山) à la plateforme JR3, à la gare de Kyoto. Vérifiez que le bus va bien à Takao. Certains bus n’y vont pas). Les informations sont un peu brouillonnes, mais je pense avoir trouvé le bon bus. Heureusement, je suis un des premiers de la file d’attente, ce qui me garantit une place assise. Tant mieux, car il y a bien 45 minutes de trajet pour arriver à Takao et au point de départ de notre randonnée du jour.

Le bus quitte peu à peu la ville pour se retrouver sur des petites routes de montagne. Serré contre mes voisins dans un bus bondé, j’essaye de profiter du paysage autant que possible. Je descends finalement à l’arrêt Yamashirotakao. C’est ici que débutera ma randonnée. Je fais quelques dizaines de mètre pour trouver une mauvaise surprise. Le chemin qui descend dans la vallée vers le début de la randonnée est bloqué. Quelques semaines plus tôt, un typhon est passé sur le japon est a endommagé la région de Kyoto. Comme je n’ai pas vraiment le choix, ni envie de faire un énorme détour, je contourne la barrière (C’est plutôt 2 plots avec une corde) et je m’engage quand même prudemment sur le chemin. Je parcours les 100 mètres du chemin bloqué (et je ne suis pas le seul visiblement) sans vraiment comprendre pourquoi il n’est pas sensé être accessible. Il n’y a rien de dangereux ni aucun obstacle obstruant la route. Les japonais sont parfois trop prudents.

J’arrive dans un petit hameau, composé majoritairement de restaurants, d’hôtels et de stands de nourriture, au bord d’une rivière. Les feuilles jaunies par l’automne sont magnifiques et donnent un charme fou au lieu. La journée s’annonce vraiment très bonne.

La rivière Kiyotaki que je découvre à ce moment-là, nous accompagnera pendant toute la durée du parcours. Rien de mieux pour ne pas se perdre que d’avoir une rivière à suivre. Je m’aventure donc sur les chemins bordant la rivière et débute mon périple. La promenade dans la vallée creusée par la rivière, entourée de montagne, loin de tout est absolument magique. C’est pour ces moments de tranquillité et pour cette magnifique nature que j’aime partir en randonnée. Quelques autres randonneurs font le même parcours que moi, mais la promenade reste vraiment calme.

Par endroit le récent typhon a bien endommagé la forêt et des arbres sont tombés en travers du chemin. Certains ont été dégagé, d’autres nécessitent de les enjamber ou de les contourner. Malgré les ravages du typhon, la nature reste toutefois magnifique. Je m’arrête constamment pour prendre des clichés des plus beaux endroits. L’eau de la rivière est limpide et quelques poissons nagent tranquillement de-ci de-là. Le bruit de l’eau qui coule rythme ma promenade, paisiblement.

Après un bon moment de marche, le sentier rejoint le petit village de Kiyotaki. Il est possible de s’arrêter dans ce village et de prendre un bus pour Kyoto. Évidemment, je suis encore loin de mon point d’arrivée, je continue donc mon chemin, non sans faire une petite pause toilette. (Oui, il est utile de noter qu’il y a des toilettes accessibles à cette endroit. Vous n’en trouverez pas d’autres sur le trajet) Je traverse donc très rapidement le village et je me retrouve de nouveau sur le chemin de ma randonnée, toujours au bord de l’eau.

Je profite d’un coin un peu tranquille, sur des gros rocher au bord de la rivière pour faire une petite pause repas (Onigiri aux tsukemono, pour les connaisseurs). C’est aussi le moment idéal pour prendre le temps de sortir le trépied et faire quelques photos en pause longue. Ça, c’est le bonheur !

Et je reprends ma route à travers monts et vallées, poursuivant la sinueuse rivière Kiyotaki sur des petits sentiers. Par moment, le chemin devient plus difficile. Je dois enjamber quelques rochers pour avancer et faire attention de ne pas chuter. Mais globalement, le sentier reste parfaitement praticable.

Après quelques kilomètres, le chemin part vers un escalier qui permet de rejoindre une route. La randonnée sur le bord de la rivière se termine, mais la promenade n’est pas encore finie. Je suis donc la route avec pour objectif de rejoindre la gare de Hozukyo. La promenade continue donc par la traversé d’un pont, avec une jolie vue sur la vallée ou je marchais quelques instant plus tôt, et la traversé d’un tunnel sombre. Celui-ci débouche sur une magnifique vue sur la rivière Katsura, entourée par des montagnes. Beaucoup plus grande que la rivière Kiyotaki, cette rivière est un itinéraire privilégié pour faire une jolie croisière en barques traditionnelles. En voyant les barques passer, je me note pour une prochaine fois qu’il faudrait que je fasse cette activité. La vue depuis les gorges doit être magnifique.

Je reprends mon périple sur une route assez peu fréquentée. J’entends par moment une voiture au loin qui arrive, mais cela reste relativement rare. Je sais que je suis dans la bonne direction, mais je ne croise plus personne et je viens à douter d’être au bon endroit. J’arrive finalement à la gare de Torokko Hodukyo. Celle-ci est de l’autre côté d’un pont qui passe par-dessus la rivière Katsura. De mon côté de la montagne, il y a un bâtiment qui semble abandonné depuis des années. La gare de l’autre côté n’est en réalité utilisé que par un train touristique qui passe par la vallée et suis la rivière. Après un petit tour sur le pont, je reprends ma route pour la gare de Hozukyo, celle qui me ramènera à Kyoto. Un dernier petit kilomètre à parcourir, et j’arrive enfin devant la gare.

Celle-ci est également particulière. Elle est située sur un pont qui enjambe la vallée. Le point de vue est particulièrement impressionnant depuis les quais de la gare. Par contre, elle est située au milieu des montagnes, sans rien autours. Il n’y a pas non plus d’employé de gare. Je me demande bien qui vient prendre le train ici. Il y a bien quelques trains qui passent, mais assez peu s’arrêtent. Je dois attendre une bonne vingtaine de minutes avant de finalement monter dans le train qui me ramènera à Kyoto.

Ce fut pour moi une très belle promenade, à faire sur une petite journée pendant laquelle j’ai pris beaucoup de plaisir à marcher et découvrir des paysages magnifiques et les montagnes de Kyoto. Vous pouvez retrouver ici l’itinéraire complet de la promenade.

A très bientôt pour d’autres découvertes !


Poster un Commentaire

avatar
  Subscribe  
Me notifier des