The Naked Director : l’histoire vrai de Toru Muranishi


The Naked Director est une série japonaise, produite par Netflix, qui raconte l’histoire vraie de Toru Muranishi, un excentrique réalisateur de film pornographique, qui fut célèbre dans les années 80 au Japon.

Netflix se lance donc dans la production d’une série autobiographie, librement inspiré, sur l’empereur du porno, Toru Muranishi. Assez peu connu en dehors du Japon, découvrons d’abord qui est Toru Muranishi.

Biographie

Anciens vendeur d’encyclopédie, Toru Muranishi se lance dans la réalisation de film pour adultes et rejoint le studio Crystal-Eizou en 1984. Plein d’idées originale, il bouscule alors les codes de l’industrie de l’époque. Ses vidéos sont particulièrement originales et son excentricité est très vite reconnu. Ses vidéos ont été porté dès le début par l’actrice Kaoru Kuroki, qui se faisait interviewer au début de chaque film, dans un style de documentaire. Mais ses idées ne vont pas plaire à tout le monde, et il aura de nombreux problème avec la justice japonaise, particulièrement répressive à l’époque. (Le japon pratique la censure des zones génitales dans les films pour adultes)

En 1986, il se lance dans un marathon de tournage à Hawaii. Il filme 30 film en 30 jours. Il se fait cette fois arrêter par les États-Unis pour l’usage de faux passeport qu’il a fourni aux 15 actrices qui l’accompagnaient. Il sera finalement libéré après un an de prison.

En 1988, Toru Muranishi fonde sa propre société : Diamond Visual. L’actrice Kaoru Kuroki l’accompagne toujours dans cette aventure. Il est multitâche et joue les rôles de directeur, producteur, cameraman et acteur.

Malgré sa popularité et le succès de la société les premières années, il se retrouve en faillite en 1992. Il tentera de lancer sa propre chaine de télévision pour adulte, mais également sans succès. Durant toute sa carrière, Muranishi déclarera avoir tourné plus de 3000 films avec plus de 7000 femmes.

Depuis, il écrit des articles sur son blog, et continue de vendre ses films cultes sur son propre site. Le réalisateur était ravi à l’idée que Netflix réalise une série sur sa vie. Il a laissé les scénaristes adapter la réalité des évènements « tant que cela restait intéressant »

La série

Tout d’abord, comme vous vous en doutez, la série est à réserver à un public avertis (attention au moins de 18 ans, la série montre beaucoup de chose).

L’histoire débute lorsque Muranishi était encore vendeur d’encyclopédie, loser trompé par sa femme, et nous entrainera avec lui dans son ascension dans le monde du film pour adulte pour devenir l’empereur du porno. La série sera l’occasion de découvrir comment Toru Muranishi se lance dans la production de film, comment il innovera et cassera les codes d’une société japonaise très moralisatrice à l’époque. Il est accompagné par ses associés, Toshi, Kawada, Ikezawa, Junko et Rugby et forme une petite famille qui luttent contre les géants de l’industrie grâce à leurs idées et leur originalité.

La série aborde tous ces sujets avec beaucoup d’humour, tout en sachant être sérieuse et dramatique quand il le faut (voir même un peu trash, choquant ou violent par moment). Le tout est extrêmement bien raconté et ne tourne jamais au ridicule. Les acteurs sont vraiment tous très bon dans leurs rôles. En particulier Takayuki Yamada, acteur très connu au Japon, est très convaincant dans le rôle de Muranishi. La plupart des rôles sont d’ailleurs occupés par des acteurs et actrices reconnus au Japon.

On ressent également toute la liberté que Netflix a pu donner au réalisateur pour faire cette série. Il n’y a pas de tabou, et l’histoire y gagne en cohérence. Il faut savoir qu’habituellement les séries japonaises produites pour la télévision ont de nombreux sponsors (que je ne citerai pas ici) et cela influe grandement sur ce qui peut être montré ou non. Par exemple, vous ne verrez pas d’accident de voiture d’une marque japonaise si elle sponsorise la série.

Le réalisateur de la série à s’est exprimé lors d’une interview sur cette liberté qui lui a été accordé et à quel point il a apprécié. Il a également pu prendre le temps de créé une série de qualité, n’étant pas contraint par un planning trop serré. La série a ainsi été tourné sur plus de 2 années. Cela se ressent et ajoute une crédibilité supplémentaire à l’histoire.

Quel plaisir également de découvrir les années 80 au japon, avec cette mode et ses ambiances si particulières. Il est aussi très instructif de voir les mœurs et les tabous de ce pays il n’y a pas si longtemps que cela, et comment elles ont pu évoluer grâce à Toru Muranishi.

Vous l’aurez compris, The Naked Director est une excellente série, qui a mon avis fait partie des indispensable à voir sur Netflix (si vous avez plus de 18 ans, évidement). Ça se trouve ici !

Alors, tenté par The Naked Director ?


Poster un Commentaire

avatar
  Subscribe  
Me notifier des