Tel père, tel fils de Hirokazu Kore-eda

  • 5
    Partages

Synopsis

« Tel père, tel fils » (そして父になる, que nous pourrions traduire « c’est ainsi qu’on devient père ») est un film japonais de Hirokazu Kore-eda, sorti en 2013. Présenté au Festival de Canne 2013, il remporta le prix du jury.

Le film nous conte l’histoire d’un architecte et de sa femme qui apprennent que leur fils de six ans a été interverti avec un autre à la naissance. L’hôpital leur fait rencontrer la famille de leur enfant biologique, d’un milieu plus modeste. Au fil des saisons, les familles se rencontrent, et un nouvel échange des deux enfants s’impose peu à peu. De nombreux problème se posent néanmoins et remettent en causes les idées reçues des parents.

Critique

Comme toujours, Hirokazu Kore-eda traite le sujet de ce film avec beaucoup de justesse et de tendresse. Les deux familles, que tout oppose dans leur méthode d’éducation, ne sont ni l’une ni l’autre en tort. Deux conceptions de la famille japonaise sont ainsi montrées sans jamais juger les actions de chacun. Kore-eda nous fait ici une démonstration de sa capacité à filmer des moments de vie presque dans un format proche du documentaire.

Il est également très intéressant de découvrir ces deux modes de vie tout en opposition. La famille aisée, qui va pousser son enfant à exceller dans tous les domaines qu’il entreprend, qui va tout investir dans son éducation, souvent en négligeant l’amusement et les relations parent-enfant. Et puis la famille modeste, qui privilégie l’amusement et les relations parents-enfant, la complicité. En se côtoyant, de manière forcée, à cause de l’erreur de l’hôpital, les deux familles vont évoluer et les relations entre père et fils aussi.

Le thème central du film reste l’échange de deux enfants à la naissance et les conséquences que cela aura, pour les enfants comme pour les parents. Est-il mieux de faire un échange ? de rester dans la même situation ? Les liens du sang sont-ils plus importants que les 6 années déjà passé avec l’enfant d’un autre ? Mais surtout, comment l’enfant peut il vivre un échange de famille ? Les conséquences de chacun de ces décisions peuvent être dramatiques pour toute la famille.

Chacun aura une idée différente sur la question, mais « tel père, tel fils » a le mérite d’explorer ces possibilités, sans tomber dans le drame. Nous suivons juste l’histoire d’un drame humain, mais raconté avec beaucoup d’empathie et sans jugement. C’est tout simplement une belle histoire qui nous est conté par Hirokazu Kore-eda.

Évidemment, le film s’appuie sur de grand acteurs, Lily Franky en premier lieu, que vous avez peut-être déjà vu dans « Manbiki kazoku – Une affaire de famille », lui aussi réalisé par Hirokazu Kore-eda. Mais les autres acteurs ne sont pas en reste et leur jeu apporte énormément à la crédibilité du film. Notons également la présence de l’excellente Kirin Kiki, qui elle aussi joue dans « Une affaire de famille », mais que vous avez pu voir récemment dans « Dans un jardin qu’on dirait éternel ».

En conclusion, « Tel père, tel fils » est un très beau film qui présente un drame familial avec beaucoup de justesse. Kore-eda nous montre ici toute sa maitrise et réussi à nous faire réfléchir sur la notion de famille. Si vous avez l’occasion de le voir, je ne peux que vous y inciter.

Photos

Voir le film


  • 5
    Partages