James May, notre homme au Japon

  • 1
    Partage

Le japon, du nord au sud

James May, notre homme au Japon est une série de documentaires qui propose de découvrir ce pays que nous aimons tant à travers les yeux du présentateur britannique James May. Pour ceux qui ne le connaissent pas, James May est surtout connu pour son rôle de co-présentateur dans l’émission Top Gear en Angleterre. L’objectif de cette émission consiste donc à suivre James pendant plusieurs semaines lors de son périple au japon, en partant du nord, sur l’île d’Hokkaido, jusqu’au sud, sur l’île de Kyushu.

Chaque épisode est ainsi l’occasion de se concentrer sur une région du Japon et de présenter les spécialités local et tradition. Le but de James durant son passage sur l’archipel nippon est d’essayer de comprendre le peuple japonais. En plus de cela, James se fixe aussi pour objectif de composer des haïkus, ces courts poèmes japonais, tout au long de son périple. Ajouter une bonne dose d’humour British, et vous avez un cocktail qui semble bien alléchant.

Une critique difficile

Est-ce vraiment aussi bien que ce que le résumé semble nous indiquer ? Découvrons cela ensemble.

D’une manière générale, la série de six épisodes commence très bien. La découverte d’Hokkaido se fait via des activités et des lieux qu’on ne voit pas forcément souvent dans les émissions de télévision. Le rapport entre culture et amusement et également plutôt bien proportionnée. James May, que je ne connaissais pas avant ce show, est un hôte agréable avec cet humour britannique si agréable. Cela commence donc vraiment bien.

Les autres épisodes suivent le même rythme, mais certains points se dégradent un peu et deviennent même un peu gênant. En premier lieu, James et l’utilisation du japonais. Notre homme arrive avec 3 mots de vocabulaires et une prononciation horrible, mais cela n’est pas un problème. Par contre, le fait qu’il utilise ces mots a tout va, dans n’importe quel contexte, et souvent sans aucun sens est plus dérangeant et un peu énervant. Il est complètement acceptable de ne pas parler une langue, mais cela devient déroutant d’utiliser des mots complètement au hasard dans les conversations.

Un problème de respect ?

Et c’est finalement ce qui gêne au final, James May ne semble pas toujours respectueux envers les personnes qu’il rencontre. La séquence de lecture de haïku en face d’un jury d’experts est particulièrement accablante. Malgré le fait qu’il semble être un amateur de haïku, ses créations peuvent parfois être offensante.

Autre point finalement un peu négatif, à l’approche des grandes métropoles, le documentaire tombe finalement dans les clichés habituels du japon pour touristes (conduite de kart dans Tokyo…). Dommage, cela ne va pas aider à comprendre le peuple japonais…

Ces petits points sont un peu dommage et compromette le but d’origine qui est de comprendre un peuple. Mais comment comprendre quelqu’un si on ne le respecte pas ? Car c’est bien là le cœur du problème, le manque de respect.

Et ce problème de respect ne se passe pas qu’avec les locaux, mais aussi avec son équipe. On se rend aussi vite compte que Monsieur May a un caractère bien trempé et qu’il n’hésitera pas à s’embrouiller avec ses membres régulièrement.

Soyons maintenant un peu positif et parlons de Yujiro. Pendant son voyage, James est accompagné de diffèrent guide qui lui présentent le japon. Rencontré à Tokyo, Yujiro est un de ces guides. Celui qui se définit comme un samouraï est finalement tellement amusant et décalé qu’il accompagnera James pendant presque toute la fin du show. Clairement pas un japonais typique, mais une vraie touche de fraîcheur pour l’émission.

Des sumimasen à tout va…

Donnons une mention spéciale pour le mot le plus utilisé de l’émission : sumimasen (qui veut dire « désolé »). James en use et en abuse tout au long de l’émission. Il créé suffisamment de situation qui nécessite de s’excuser tout au long de son périple que c’est probablement le seul mot japonais qu’il utilise correctement

Alors oui, certain point sont un peu dérangeants dans cette série, néanmoins, tout n’est pas mauvais, bien au contraire. James May se montre quand même comme un présentateur intéressant, avec beaucoup d’humour. On découvre aussi beaucoup de nouvelle chose au Japon. De la conception de moto dans l’usine Kawasaki, ou de piano chez Yamaha, la visite de la zone l’exclusion près de Fukushima, des trains de luxe, les randonnées en vélo sur le shimanami kaido à Shikoku, etc… Toutes ces lieux et ces expériences sont très agréable à regarder. On ne prend donc pas mal de plaisir à regarder cette émission malgré ses défauts.

Vous pouvez regarder l’émission dès a présent sur Amazon prime Vidéo.

Bande annonce

En savoir plus sur James May, Notre home au Japon


  • 1
    Partage
Vous aimez le japon ?Découvrez le meilleur du Japon avec TekuTeku Japan

Rejoignez moi et soyez averti lorsqu'un nouvel article est publié. C'est gratuit pour vous et cela m'aide à rester motivé pour vous proposer toujours plus de contenu !