Usagi Stories 01 : La naissance

Blog

   Stéphane

, , ,


A partir d’aujourd’hui, nous allons essayer un nouveau type d’article sur Tekuteku Japan, qui devrait se rapprocher un peu plus du type blog, mais toujours en relation avec le Japon. Et quoi de mieux que de commencer par un sujet tout récent : la naissance de mon enfants franco-Japonais. Avant d’entrer dans le vif du sujet, et de vous parler de la naissance de mon fils, nous allons lui donner un petit nom juste pour ces articles, différent de son prénom réel, pour essayer de préserver sa vie privé. Nous l’appellerons donc « Usagi » dans les articles (mot japonais qui signifie « Lapin », car c’est « mon petit lapin »)

Je n’ai jamais eu d’enfant purement français, donc la comparaison des différences culturelle entre le Japon et la France lors d’un accouchement ne sera peut-être pas très pertinent, mais l’idée de cet article est de partager cette expérience et peut être y trouverez-vous un intérêt.

La grossesse de Maiko

Commençons par vous présenter mon épouse, que nous appellerons ici Maiko (Ce prénom est également fictif, et est tirée de son site internet https://maikojapan.com/). Elle est originaire de Kyoto (Comme les plus fidèles d’entre vous peuvent s’en douter, au vu du nombre d’article que je rédige sur le région…) et nous vivons actuellement en France tous les deux.

Avant l’arrivée du petit Usagi parmi nous, vous vous doutez bien que Maiko a été enceinte. Cette période s’est déroulé sans soucis particulier, au grand bonheur du futur papa déjà assez stressé par l’évènement à venir. Néanmoins, nous avons pu noter quelques petites différences entre la grossesse au Japon et en France, la première étant lié à un point de la plus haute importance, la nourriture. Malheureusement pour elle, Maiko n’étant pas immunisé contre la toxoplasmose, nous avons dû supprimer certains aliments de nos repas : poisson cru, saumon fumé, charcuterie, etc…. Et pour une japonaise, ce ne fut pas toujours facile. Ce fut d’autant plus surprenant que les médecins au Japon n’ont finalement pas vraiment de restriction sur les poissons crus pour les femmes enceintes. Nous pensons que c’est certainement lié à l’hygiène en générale qui est plus stricte au Japon (si vous avez une autre explication, vous êtes plus que bienvenu pour nous la partager dans les commentaires).

Le bébé avant tout

Il existe une différence notable entre le déroulement de la grossesse au Japon et en France : la règle implicite du bébé avant tout. Cela se traduit par une limitation des médicaments, antidouleurs, ou produit que la femme enceinte va utiliser durant la grossesse au Japon. En effet, pour les femmes japonaises, le bien-être du bébé passe souvent avant leur propre bien-être pour les petits soucis du quotidien. Elles vont ainsi éviter de prendre des antidouleurs lors des maux de tête, éviter les crèmes en cas d’hémorroïdes, ou tout autre médicaments contre les nausées par exemple. Même si cela n’affecte pas le bébé, il est dans les traditions de ne rien prendre qui pourrait éventuellement le perturber. Si elles insistent, le médecin donnera une solution médicamentée au problème, mais ce n’est pas toujours bien vu par leur entourage.

Au contraire de la France ou les médecins vont plutôt faire passer le bien-être de la maman en priorité, en proposant une solution à chaque petit problème (toujours en respectant le bien-être du bébé également). Pour Maiko, c’est un des points qu’elle a beaucoup appréciés lors de sa grossesse en France.

Le processus de sélection du prénom

Dès que nous avons su le sexe du bébé, nous nous sommes lancé dans une quête des plus difficile pour choisir un prénom. Ce fut pour nous (pour moi surtout) le plus compliqué. La première question qui s’est posé, un prénom Japonais, un prénom français ou un qui colle pour les deux ? La dernière option a vite été écarté au vu des possibilités réduites et de nos gouts personnels. Les questions qui se sont posés par la suite concernait l’utilisation d’un prénom japonais en France et inversement. Qu’est ce qui serait plus facile ? Qu’est ce qui pénaliserait le moins l’enfant ? Et tout simplement, qu’est-ce que nous préférons ?

Un prénom typiquement Japonais

Nous nous sommes finalement orienté vers le choix d’un prénom typiquement japonais.

La première raison tient au fait que j’ai eu beaucoup de difficulté à choisir un prénom français. C’est bizarre, mais chaque prénom que Maiko me proposait me rappelait quelqu’un, et donc ne me donnait pas envie d’appeler mon fils comme cela. Pour les prénom japonais, c’est beaucoup plus simple car je n’ai pas d’a priori.

La seconde raison, et finalement la plus importante, est que nous souhaitons que notre enfant garde un lien fort avec le Japon. Le fait d’avoir un prénom japonais lui rappellera lors de son quotidien en France qu’il est aussi japonais.

L’étape suivant fut donc de choisir quelques prénoms potentiels et de les soumettre à un crash test : la prononciation par mes parents. Nous avons donc fait des petites cartes avec différents prénoms et nous avons demandé à mes parents de les lire. Cela nous a aussi très vite aidé à en supprimer certains. Imprononçable, intonation étrange, référence à des mots que nous n’avions pas vus, ce crash test a vraiment été très utiles et nous a permis de ne garder que trois finalistes.

Le choix des Kanji

Enfin, la dernière étape consistait à choisir les kanji, les caractères japonais, qui allait composer le prénom de notre enfant. Au vu de ma connaissance plus limité des kanji, cette étape fut en grande partie réalisé par Maiko. Le choix des kanji pour un prénom reflète souvent ce que les parents souhaitent pour leur enfant, ou alors on une signification particulière qu’ils souhaitent transmettre. Bonne santé, prospérité, honnêteté, courage, etc…, il est souvent dit au Japon que la façon d’écrire le prénom d’un enfant influe sur son caractère et son comportement. Le choix est donc crucial, même si, il faut l’admettre, de nos jours, de plus en plus de parents choisissent des caractères sans pour autant qu’ils y ait une signification.

Nous avons donc discuté pour choisir les valeurs que nous souhaiterions transmettre à notre enfant.

Maiko a par la suite sélectionné plusieurs kanji qui peuvent correspondre aux valeurs choisies et qui se combinent tout en gardant la prononciation du prénom que nous avions choisi. Ce processus fut relativement long, mais à la fin, nous sommes très satisfait du prénom que nous avons donné à Usagi.

L’accouchement

Finalement, viens le moments tant attendu (redouté, oserai-je dire) de l’accouchement.

La différence la plus notable entre le Japon et la France que Maiko a pu remarquer est l’utilisation de la péridurale. En France, cet antidouleur est systématiquement proposé et majoritairement utilisé par les femmes lors de l’accouchement. Au Japon, il semblerait que son utilisation soit plutôt rare. Comme nous l’avons vu précédemment, la péridurale n’est pas très bien considéré au Japon et ne fonctionne pas très bien avec la règles du « bébé avant tout ». Il n’est ainsi pas très bien vu d’utiliser la péridurale « seulement » pour soulager les douleurs de la future maman. La péridurale, encore un point que Maio à apprécié en France.

Enfin, le petit Usagi est arrivé parmi nous en pleine santé et qu’il fait le bonheur de ses parents.

Cet article est complètement subjectif et relate comment nous avons vécu cette grossesse et l’arrivé de Usagi. Si vous avez apprécié ce contenu, ou si vous avez des questions, n’hésitez pas à me laisser un petit commentaire.

En attendant, on se retrouve très bientôt pour faire un bilan des 6 premiers mois du petit Usagi.

close

Découvrez le meilleur du Japon avec TekuTeku-Japan

Rejoignez moi et soyez averti lorsqu'un nouvel article est publié. C'est gratuit pour vous et cela m'aide à rester motivé pour vous proposer toujours plus de contenu !

Nous ne spammons pas ! Vous pouvez vous désabonner à tout instant si vous n'êtes pas satisfait.


Copyright © 2022 TekuTeku Japan. Tous droits réservés.