Osaka Expo’ 70 : flâner à la recherche du passé


Bonjour à tous les nostalgiques,

Aujourd’hui je vous emmène vous promener dans le parc commémoratif de l’exposition universelle de 1970 qui s’est tenu à Osaka. Véritable révolution pour le Japon, cette exposition a vraiment marqué les esprits au Japon. Le lieu de l’exposition a ainsi été transformé en immense parc à la fin de celle-ci. Allons donc nous promener dans ce lieu nostalgique.

Dès que je pénètre dans le parc, je me retrouve face à l’immense et célèbre tour du soleil, le bâtiment emblématique de l’expo’70. Conçu par le célèbre Okamoto Taro, cela me met tout de suite dans l’ambiance de l’exposition et j’essaye déjà d’imaginer comment la tour a été perçue en 1970. A peine entré dans le parc qu’il me plait déjà beaucoup.

Je décide de commencer mon exploration. Je ne sais pas vraiment où aller pour commencer. Le parc est absolument immense et il semblerait que la journée ne soit pas suffisante pour faire le tour. Je me repère sur une carte et le jardin japonais me semble un bon début. Je me dirige donc vers celui-ci en admirant au passage les énormes espaces du parc. Celui-ci est finalement assez peu fréquenté et je me retrouve souvent seul sur les chemins. J’arrive enfin à l’entrée du jardin japonais. Un grand bâtiment se trouve devant moi et propose un joli point de vue sur un lac. La vue est vraiment jolie et on ressent tout de suite que nous somme au Japon. Construit pour l’exposition, ce jardin a vraiment été réalisé pour montrer le savoir-faire japonais et en mettre plein la vue aux visiteurs du monde entier.

Je commence donc ma visite du jardin en suivant, un peu au hasard, un des nombreux chemins qui parcourent le jardin. Je longe le lac et profite des différents points de vue pour admirer l’impressionnant travail des jardiniers. Ma route me mène vers un autre point d’eau. Celui-ci est recouvert de plant de lotus et de nénuphar. Un chemin traverse le petit étang et propose une aire de repos en son centre. De nombreux photographes semblent apprécier ce lieu et se regroupent ici pour prendre des photos de la faune locale. En observant bien, je vois de nombreux oiseaux qui se cache dans sur les feuilles des lotus.

Je continue mon exploration du jardin et m’éloigne un peu des points d’eau. Je commence à me retrouver seul sur les chemins. Il n’y a vraiment pas beaucoup de monde dans le parc. D’un autre côté, le jardin est vraiment grand. Je marche de longues minutes avant de tomber sur une petite cascade perdu dans le fond du jardin. Le coin est charmant, abrité par des érables et seul le bruit de l’eau qui coule se fait entendre. Le coin est idéal pour faire quelques photos tranquillement.

Je reprends une nouvelle fois la route. Cela fait plus d’une heure que j’erre dans le jardin et je n’ai pas encore terminé de faire le tour. Je me presse un peu, poussé par l’envie de découvrir d’autre partie du parc. Je traverse une forêt de bambou, un petit cours d’eau qui semble être le repère des corbeaux du coin, une aire de repos au sommet d’une colline, un point d’eau pas très bien entretenu au fond du parc, et une maison de thé pour enfin arriver à la sortie. On peut dire que c’est un sacré jardin !

Je retourne dans le parc principal et je me décide sur l’itinéraire à suivre. Il semblerait qu’en fonction des saisons, différentes plantes, ou activité soient disponible dans le parc. En ce moment, ce sont les tournesols (cette promenade s’est déroulée en été). Je me dirige donc vers des champs de tournesol au milieu de parc. Je trouve enfin ou se sont caché tous les visiteurs du parc. Il y a clairement beaucoup plus de monde dans les environs que dans le reste du parc. Cela reste néanmoins raisonnable et je profite de l’occasion pour prendre quelques photos de ce joli champ de fleur.

En continuant mon chemin, je me rends compte que des dalles et panneaux commémoratifs sont installés de-ci de-là. En m’approchant, je constate qu’ils marquent les emplacements des anciens pavillons de l’exposition universelle. Je m’amuse à parcourir le parc à la recherche des différents pavillons et je tente de visualiser leurs positions en comparant les anciennes photos et le parc d’aujourd’hui.

Finalement, pris par l’immensité du parc, je me promène un peu au hasard, au gré de mes découvertes. Mes pas m’emmènent vers un escalier qui monte vers une passerelle qui parcoure une forêt au niveau de la cime des arbres. Le chemin est ponctué d’information sur la faune et la flore locale. La promenade dans les arbres est agréable et donne un nouveau point de vue sur la forêt et le parc. Après plusieurs minutes de marche, la passerelle m’emmène à une tour en bois qui permet d’avoir un point de vue très élevé sur le parc. Au sommet, j’aperçois la tour du soleil, et donc l’entrée du parc, qui me semble bien éloigné d’où je suis. Je ne me suis pas rendu compte que j’avais autant marché.

Je me rends compte que j’ai passé la journée complète à me promener et qu’il commence à se faire tard. Il est donc temps pour moi de me diriger vers la sortie. Le chemin du retour me donne l’occasion de découvrir encore quelques coins sympas. Je tombe notamment sur une autre cascade cachée en forêt, sur des champs de thé, sur un champ de prunier, sur un bain de pied (qui semble fermé en été), etc….

Le parc est idéal pour se promener, se reposer ou le temps d’un pique-nique. Et il a encore beaucoup à offrir. Je ne vous ai que très peu parlé du la tour du soleil, ainsi que du pavillon expo’70 (un musée sur l’exposition). Je reviendrais très bientôt sur ces sujets dans un prochain article avec beaucoup de surprise !

Sur ce, je vous dis à très bientôt !




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *