Il y a 10 ans au Japon : Shinjuku


Bonjour ami voyageur temporel,

Cela fait maintenant de très nombreuses années que je voyage au Japon. Mon premier voyage remonte à 2006, il y a plus de 12 ans. Le Japon a bien changé pendant toutes ces dernières années. J’ai eu la chance de connaitre ce pays avant le boom touristique qu’il subit aujourd’hui. N’ayez pas d’inquiétude, je ne vous sortirez pas le classique : « c’était mieux avant » !

Nous allons simplement voyager dans le temps pour retourner au Japon il y a plus de 10 ans. Nous sommes le 16 juillet 2006, je viens d’arriver au Japon pour la première fois et je m’apprête à passer ma première journée en terre nippone dans le quartier de Shinjuku. (Attention, je n’étais pas un très bon photographe à l’époque, et les photos de cet article ont mal vieillies. Considérez les comme des documents d’archives 😉 )

J’ai débarqué de ma petite campagne française, seul, dans l’une des plus grandes métropoles et je commence ma première journée par l’un des quartiers les plus peuplé de Tokyo. Soyons honnête, je me suis vite senti un peu perdu au début la première fois dans l’immense gare de Shinjuku. Heureusement, j’avais des connaissances sur place pour m’aider et me guider. Je sors donc de la gare, de bon matin. La saison des pluies est toujours en cours. Il fait gris, le temps est pluvieux et il fait incroyablement chaud. C’est la première fois que je voyage aussi loin de ma France natale et ses contrées beaucoup plus fraiches. Je sens que je vais clairement souffrir de la chaleur pendant ce voyage. Je découvre néanmoins avec plaisir que tout est climatisé, les magasins, les trains, etc… Tout semble tellement plus moderne qu’en France cette même année.

Je commence donc ma visite par me rendre à l’hôtel de ville de Shinjuku. Un ascenseur gratuit permet de se rendre tout en haut de l’immeuble et de profiter d’une vue panoramique sur la ville. Malheureusement, le temps est très nuageux et je ne parviens pas à profiter pleinement de la vue. Je redescends au pied de l’immeuble pour arriver sur un petit marché qui se tient dans le parc à côté.

Je continue la promenade dans le centre de Shinjuku. Le quartier est de plus en plus animé. Il y a des enseignes publicitaires partout, de la musique sort des nombreux magasins pour attirer le chaland. Je me retrouve dans un énorme brouhaha. Habituellement, je ne suis pas un amateur de grande ville, de bruit et de pollution visuelle, mais dans ce cas tout cela m’amuse et je trouve un certain charme à cet immense bordel ambiant. Le fait de ne pas encore comprendre le japonais a certainement grandement aidé à forger ce sentiment.

Il est temps de me diriger vers mon premier repas au Japon. Et ce sera des udon pour moi (des pâtes de farine de blé tendre, longues et épaisses). Je commence à découvrir la gastronomie japonaise que je ne connaissais pas du tout à l’époque. Par chez moi, à la campagne, la gastronomie japonaise se limitait souvent aux sushis (et encore, pas des bons). Ma technique pour manger avec des baguettes n’était elle aussi pas encore au point a cette époque. Et il faut dire que les udon ne sont pas les pates les plus faciles à manger… Néanmoins, les pâtes étaient très bonne, servie dans une soupe chaude. Je ne me souviens plus du nom du restaurant, mais ce premier repas au Japon restera un bon souvenir. J’ai eu l’occasion de commencer à découvrir une cuisine surprenante et tellement loin de la cuisine française, la seule que je connaissais à l’époque.

Je continue mes déambulations dans Shinjuku, attiré par les nombreux magasins, les salles d’arcades et les milliers d’éléments qui attirent mon regard à chaque mètres de parcouru. Cette ville ressemble à un parc d’attraction géant. Tout est surchargé, il y a tellement à voir que j’ai l’impression de raté 99% des choses qui passent devant moi. Les magasins sont situés sur plusieurs étages dans des immeubles aux formes improbables. Tout est tassé. On sent bien qu’il n’y a pas assez de place et qu’il faut optimiser chaque mètre carré. Chaque bâtiment regorge d’éléments caché à découvrir. Cette ville est folle, et je commence déjà à l’aimer.

A cette époque, le Japon n’était pas aussi touristique qu’aujourd’hui. Cette première journée dans Shinjuku, un quartier pourtant très fréquenté, ne me donneras pas l’occasion de croiser un seul non-japonais. Le dépaysement est total et je suis enchanté par ce premier voyage qui débute seulement.

A bientôt, il y a 10 ans…




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *