My Husband Won’t Fit


My Husband Won’t Fit (« Otto no Chinpo ga Hairanai » en japonais, que nous pourrions traduire par « Le pénis de mon mari ne rentre pas ») est un drama japonais. L’histoire suit un couple rencontrant des problèmes sexuel (vous l’aurez compris, l’homme ne parviens pas à pénétrer sa femme). La série est inspiré par un roman autobiographique de Kodama, paru en 2018. Les 10 épisodes de la série nous racontent l’histoire de Kumiko (joué par Natsumi Ishibashi) et Kenichi (joué par Aoi Nakamura), depuis leur première rencontre, lorsque Kumiko emménage dans la même résidence étudiante que Kenichi. Leur aventure débute en même temps que leur histoire d’amour et se poursuit pendant 20 années de leur vie commune. Le drama nous raconte les moments de bonheur et les moments difficiles qu’ils rencontreront, mais surtout comment ils vont surmonter les épreuves de la vie et comment celles-ci sont affectés par leur vie sexuelle sans pénétration.

L’histoire conté par My Husband Won’t Fit se regarde facilement et il est agréable de suivre les moments de vie de ces deux personnes. Les deux personnages sont touchant, même s’ils ont parfois des comportements particuliers, que je définirai par des différences culturelles. Kumiko est une femme extrêmement timide et naturellement renfermé sur elle-même. Kennichi est enjoué et un peu sans gêne. Ces deux personnages aux caractères opposés formeront un couple unis face aux différentes épreuves qu’il rencontreront tout aux long de leur vie.

Le drama est très agréable à regarder et les épisodes s’enchaînent facilement. On a envie de savoir ce qu’il va advenir de ces deux personnages. La série reste néanmoins pour un public averti. De nombreuses scène de nudité et d’actes sexuel plus ou moins explicites sont présents dans la série. Les plus coquin seront ravis, mais il reste recommandé d’avoir au moins 16 ans pour la regarder.

My Husband Won’t Fit montre aussi les problèmes que peut rencontrer la société japonaise, en particulier en ce qui concerne la place de la femme. Je ne pense pas que ce soit volontaire, mais la série montre une image de femme qui peut sembler archaïque comparé à certaines sociétés occidentales. On se rend vite compte qu’il y a une différence bien marqué entre les femmes et les hommes. Entre une femme infidèle et un homme qui fréquente des prostituées jusqu’à vider le compte bancaire de la famille, je vous laisse deviner qui sera coupable et qui sera victime.

L’autre point qui m’a choqué concerne la notion de consentement. En effet, quand une femme dit non, et qu’on la force quand même à avoir des relations sexuelles, c’est ce que j’appelle un viol. Mais il ne semblerait pas que ce soit le cas au Japon. C’est dérangeant…

Mais la série se montre aussi plutôt progressiste sur certains points (pour le Japon), en réfutant des traditions bien ancrés, comme le fait de devoir faire des enfants une fois marié pour rentrer dans un schéma de famille typique. Le drama montre qu’un mariage heureux sans enfants peut aussi être une option plutôt qu’un mariage malheureux dont la solution au problème conjugaux sont les enfants. Un progrès dans une société où les couples ne divorcent pas et souffrent toute leur vie.

Malgré toutes ces critiques, la série montre une jolie histoire d’un couple qui s’aiment vraiment et dont l’amour résout tous les problèmes. Un drama que vous pouvez découvrir dès maintenant sur Netflix.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *