Setsubun, la fête du lancer de haricots


Le Setsubun (節分) est une fête japonaise, non chômée, qui célèbre l’arrivée du printemps selon l’ancien calendrier lunaire. Cette fête a commencé à être fêtée à la cours impériale lors de la période Heian. De nos jours elle est célébrée le 3 février de chaque année. Elle est aussi couramment appelée « fête du lancer de haricot »

Origine

Setsubun, en japonais, est un mot qui désigne les intersections qui séparent les troncs des bambous. Ces intersections symbolisent les saisons qui passent, le Setsubun est donc le moment de passage d’une saison à l’autre. Autrefois, il existait ainsi quatre fêtes de Setsubun. Aujourd’hui, seule celle symbolisant le commencent du printemps est encore célébré.

Célébration à la maison

De nos jours, le lancer de haricot (mame-maki (豆撒き)) est la tradition la plus pratiqué. Cette tradition consiste à lancé par la fenêtre des maisons des graine de haricot grillé en criant « Oni wa soto ! Fuku wa uchi ! » (鬼は外 ! 福は内 !), ce qui signifie « Dehors les démons ! Dedans le bonheur ! ». Il s’agit donc d’une tradition pour attirer le bonheur dans les foyers japonais, chasser les mauvais esprits et faire fuir les malheurs pour l’année à venir. Un membre de la famille peut également se déguiser en démon (Oni). Les enfants du foyer lui lanceront alors des haricots en criant « Dehors les démons ! » pour les faire fuir et apporter de la chance au foyer pour les 12 mois à venir.

A la fin du lancer de haricot, on les ramasse, et chaque personne mange le nombre de haricot qui correspond à son âge pour se porter chance.

Une autre tradition, plutôt pratiqué originellement dans la Kansai, consiste à manger un long maki, appelé ehōmaki, en une seule fois (attention, on ne le coupe pas), le tout tournée vers la direction annuelle d’eto (direction qui est déterminé chaque année en fonction des douze signe du zodiaque chinois). Si vous arrivez à la manger en une seule fois, à vous la bonne fortune.

Célébration dans les sanctuaires

Les cérémonies dans les sanctuaires sont variées en fonction du lieu. Chaque sanctuaire, chaque région du japon possède ses propres traditions. Néanmoins, vous retrouverez souvent l’arrivé des démons, la cérémonie du lancer de haricot, parfois des danses et chants traditionnels, dégustation de saké sucré (amazake), etc… Le sanctuaire Yoshida-Jinja, à Kyoto est particulièrement connu pour cette célébration.

Cette fête est aussi l’occasion pour les habitant d’un quartier de se retrouver et de célébrer ce jour ensemble.

Sur ce, je vous souhaite un bon setsubun, et je vous dis « Oni wa soto ! Fuku wa uchi ! »


Poster un Commentaire

avatar
  Subscribe  
Me notifier des